Lana , une start-up de 126 ans

Posté le 29 novembre 2018

Parfums de thé vert, de cacao… Non, les élèves de BTS1 accompagnés de leurs professeurs Monsieur Spitz et Mme Callence n’ont pas humé les créations d’une pâtisserie, mais bien des feuilles de papiers de la papeterie Lana ! Lana, véritable joyau du patrimoine de Strasbourg offre un accueil chaleureux à ses visiteurs. Nous avons été accueillis le jeudi 18 octobre par, Fabienne Stadler responsable marketing & communication, manager ; Florence Hodapp, responsable qualité hygiène, sécurité, environnement ; Rémi Arbogast, développement des nouveaux papiers ; Pascal Blot, Maître filigraneur et Jean-Marc Velten, responsable informatique.

C’est de manière passionnée, qu’ils se sont répartis les différents pôles pour nous montrer l’ensemble du site. Le savoir-faire des papetiers Lana a éveillé tous les sens des élèves. A Lana, on touche, on caresse, on respire, on s’émerveille de la douceur, du lissé de chaque papier et de son élégance.

Cette entreprise qui date de 1892 a failli mourir quatre fois. C’est un métier qui a beaucoup souffert de l’arrivée de l’informatique en 1970. En 2014, Lana a été reprise par un entrepreneur Danois, Lasse Brinck. Qui a été subjugué par les 5000 références de papier. Par comparaison, la papeterie de Blue Paper à Strasbourg ne possède que 15 références. Lana est la papeterie la seule au monde à avoir autant de références.

Si la force de Lana est liée à son histoire, Lasse Brinck lui ajoute l’innovation. « L’entreprise Lana a des racines très profondes, mais des branches qui s’étendent vers le ciel pour regarder l’avenir. Il est important de vivre au XXIème siècle. »

En 2014, Lana a été récompensée du label Entreprise du Patrimoine Vivant, un label d’état qui distingue les entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence. Le savoir-faire des Vosges est le papier filigrané. C’est une signature dans le papier. On imprime au cœur du papier un motif quand il est encore liquide ce qui le rend immuable. Le filigrane est un besoin d’authentification et la fibre installée sur le papier est une sécurité. Les passeports, les billets de banque, le diplôme du baccalauréat contiennent un filigrane. Si l’entreprise développe parallèlement un savoir-faire inégalé dans la production de papiers de sécurité, ignifugé, elle a su se spécialiser dans le papier pour étiquettes de vin. Lana expert en papiers beaux-arts, papiers filigranés, papiers spéciaux, papiers d’édition, papiers teintés dans la masse, papiers packaging et papiers de luxe, de haute gamme. La diversité est grande.

Les élèves ont pu voir se former sous leurs yeux, la fabrication de papier en approchant les différentes cuves et presses. La fabrique impressionne. Lana produit 8000 tonnes de papier. Par comparaison, les autres papeteries en produisent 350 mille tonnes. Si la papeterie Lana a des machines qui tournent dix fois moins vite que la concurrence, elle démontre un savoir-faire et une exigence de qualité de produit très pointue. Les élèves ont apprécié toutes les facettes des papetiers. Ils les ont vu tels de grands couturiers, jouant avec la densité du papier en incrustant des rubans, des fils de lin…, puis s’amusant avec des couleurs douces ou vives telles que le bleu jour, écorce, orange, l’azurophile qu’on dit plus blanc que blanc…

Lana pâtisserie étoilée ou atelier de grande couture ? Nulle doute que nos élèves ont compris les différentes facettes des papetiers. Cette visite exceptionnelle de la papeterie Lana restera gravée dans la mémoire des vingt-cinq élèves de BTS1 et en tant que futurs imprimeurs, ils seraient très honorés d’imprimer sur une telle qualité de papier !